cross mark
bien bien-white vieillir à ma manière

Découvrez des articles et des conseils sur mesure !

-

Répondez à 4 questions, et nous vous proposerons des contenus adaptés à vos besoins et vos attentes...

A- A+

Envisager le grand âge avec sérénité

Prendre de l’âge, c’est l’opportunité d’avoir un autre regard sur le monde. Mais c’est aussi le moment où l’on ressent ses fragilités physiques et où l’aide des autres devient alors précieuse.

L’âge de la sagesse

L’âge venant, on se sent moins actif et on n’a pas toujours la force de continuer à s’adonner à certaines activités. Cet état de fait peut avoir des conséquences sur notre moral, mais ce n’est pas pour autant que l’on doit se résigner et se replier sur soi-même. On peut très bien continuer à profiter pleinement de la vie, mais il est nécessaire de s’adapter à cette nouvelle donne. Pour y parvenir, il est important de reconnaître sa propre valeur, de savoir que, même si l’on est plus vulnérable, on reste toujours le même individu qui a toujours un rôle à jouer dans la société. Notre âge, celui de la sagesse, de la bienveillance, nous fait redécouvrir le monde sous un angle nouveau. Revisiter nos souvenirs, c’est se rappeler la richesse de notre vie. Cette période est aussi l’occasion d’approfondir ses connaissances : la lecture ou les moyens de communication à distance offrent de nombreuses possibilités.

Avec l’âge on ressent des fragilités physiques et l’aide des autres devient alors précieuse.

Savoir accepter l’aide des autres

Ressentir une fragilité, devenir moins mobile, peut amener nos proches à nous proposer leur aide. Certains la refusent. Pourtant, savoir dire oui à leurs sollicitations, accepter ce réconfort qu’ils nous apportent ne signifie nullement qu’on est en train de s’affaiblir ou d’être infantilisé. Au contraire, le fait de faire participer ses proches à sa vie, de partager avec eux sa tristesse, ses émotions, rend plus fort. Alors qu’en les excluant, on bloque les échanges et on risque l’isolement. Ne pas être seul(e) dans ces moments-là, réfléchir à notre parcours de vie et mettre des mots sur une situation qui nous pèse peut susciter un dialogue avec les autres, de nature à nous procurer une sensation de mieux-être pour retrouver appétit et entrain, favoriser l’estime de soi et même libérer notre créativité.

Faire face au deuil

Après la perte d’un(e) conjoint(e) ou d’un(e) ami(e) très proche, nous mobilisons toute notre énergie pour faire notre deuil, continuer à vivre sans l’autre, redonner du sens à notre existence. Et ainsi de prendre le temps nécessaire pour trouver un nouvel équilibre en s’adonnant à diverses activités, pour se recréer des centres d’intérêt… Une démarche qui sera bénéfique aussi bien pour notre état général que pour notre moral.
Il arrive que nous ayons à surmonter plusieurs deuils dans un laps de temps relativement court et, de ce fait, de voir notre réseau social s’amenuiser rapidement. Dans ces moments-là, malgré la douleur qui nous étreint, maintenir et ouvrir notre cercle relationnel est une priorité. C’est important parce que, après la perte d’êtres chers, nous avons tendance à nous isoler, à nous refermer sur nous-mêmesCette attitude, quoique compréhensible, conduit parfois à la dépression et à la fragilité physique. Le contact des autres peut nous en extraire, nous permettre de prendre un nouvel élan, nous remettre dans le courant de la vie. C’est vrai aussi lors de la perte d’un animal de compagnie qui peut être très attristante et laisser un grand vide dans notre quotidien.

Un questionnement existentiel

Parfois, nous nous sentons submergés par des questions sur le sens de la vie, parce que nous prenons conscience de notre finitude et de notre fragilité. Tout cela génère de l’angoisse et beaucoup d’interrogations. Certains se tournent alors vers la religion, la foi leur permettant de trouver une sérénité. D’autres cherchent des réponses dans la spiritualité, c’est-à-dire dans une exploration intérieure, une connaissance de soi. Quel que soit notre questionnement, quelle que soit la voie que nous choisissons, nous pouvons nous autoriser à en parler soit avec des personnes de confiance, soit avec le médecin traitant. Il existe aussi des associations d’écoute téléphonique qui peuvent donner des conseils. Reste que, malgré les difficultés existentielles, nous avons toujours des découvertes à faire d’autant que la vie reste riche de potentialités.

facebook-img twitter-img twitter-img twitter-img