cross mark
bien bien-white vieillir à ma manière

Découvrez des articles et des conseils sur mesure !

-

Répondez à 4 questions, et nous vous proposerons des contenus adaptés à vos besoins et vos attentes...

A- A+

Logement partagé : une nouvelle philosophie de vie

Les colocations entre seniors, l’accueil d’un jeune ou les résidences intergénérationnelles sont autant d’alternatives innovantes de logement en plein essor. Ces nouveaux modes de vie permettent de créer des liens intergénérationnels et solidaires, de se faire de nouveaux amis et d’avoir une vie sociale épanouissante. Quel que soit votre choix, il est nécessaire d’y réfléchir en amont et de s’y préparer en se posant les bonnes questions

Opter pour la colocation entre seniors

En prenant de l’âge, nous aspirons tous à rester chez nous, dans notre univers familier. Mais il peut arriver qu’au fil des ans, on finisse par se retrouver seul(e)s. Pour rester dans le mouvement de la vie, maintenir ses liens sociaux et s’en créer de nouveaux, lutter contre la solitude, il existe des solutions de cohabitation qui peuvent se révéler épanouissantes. 

Ainsi, à l’instar des étudiants, de plus en plus de seniors vivent en colocation avec des personnes de leur âge, chacun ayant sa chambre et partageant les espaces communs : cuisine, salle de bains, séjour, salle à manger, etc. Cependant, il est important de se préparer à cette démarche, d’être sûr de l’accepter, mais aussi de bien choisir ses colocataires, de s’assurer d’avoir des centres d’intérêt communs et de partager les mêmes valeurs.

La colocation permet aussi de mutualiser des frais (ménage, courses partagées, coût d’entretien du logement) ce qui est important pour garder un budget équilibré. Ceci implique évidemment de pouvoir parler très clairement des aspects financiers en toute transparence.

Accueillir chez soi un(e) jeune

Avec l’avancée en âge, le logement peut devenir trop grand, alors que de plus en plus d’étudiant(e)s cherchent à se loger à petits prix. En accueillir permet de rester en contact avec la jeunesse, de transmettre aussi son savoir, d’en acquérir de nouveaux, de rompre avec l’isolement. Il existe des associations, telles que le Réseau Cohabitation solidaire intergénérationnelle (Cosi), qui fédère 28 structures réparties dans toute la France ou Ensemble 2 Générations qui mettent en contact étudiant(e)s et seniors, et assurent une fonction de médiation.

Les modalités de cette cohabitation sont à débattre suivant les besoins du senior et du jeune.  Il peut s’agir d’un hébergement gratuit ou d’un loyer modique, en échange duquel le (ou la) jeune s’engage à rendre quelques petits services : faire quelques courses, descendre les poubelles, vous initier à l’informatique et à Internet, mais aussi jouer aux cartes ou simplement échanger avec vous. Cette cohabitation peut n’être aussi qu’une présence rassurante la nuit.

Il vous faudra réfléchir avant de vous engager aux modalités d’occupation de la salle de bains (par exemple, en fonction de vos habitudes de vie, vous vous la réserverez le matin de telle à telle heure) ou de la cuisine, notamment pour le partage du réfrigérateur et d’un de vos placards pour que la personne puisse stocker quelques provisions.

Intégrer un logement intergénérationnel

Il arrive que son logement ne soit plus adapté à son mode de vie et qu’il soit nécessaire d’envisager un lieu plus conforme à ses besoins, tant en termes de superficie, d’aménagements que de vie sociale. Pour répondre à cette demande, des résidences intergénérationnelles sont en train d’être créées un peu partout en France. Elles sont conçues pour accueillir à la fois des seniors, des familles avec enfants, des personnes à mobilité réduite, des jeunes. L’objectif étant de maintenir à domicile des personnes âgées, tout en mettant en œuvre les conditions optimales pour susciter les rencontres et créer du lien social. 

Ainsi, en plus des logements indépendants qui possèdent des équipements parfaitement adaptés (douches au niveau du sol, volets électriques, ascenseurs, etc.), les locaux communs – avec des salons, des tables de jeu, etc. – sont des vecteurs de convivialité. Un tel dispositif permet de s’ouvrir aux autres, d’initier des gestes d’entraide entre les générations (garder un enfant, par exemple) et de s’impliquer dans la vie de la collectivité. 

le saviez-vous ?

Contractualiser son projet

Sécuriser juridiquement votre projet peut vous prévenir de toutes surprises. De ce faites, acter dans un contrat les points sur lesquels on s’entend avec son colocataire, régler au préalable toutes discussions, envisager la maladie, l’hospitalisation, le défaut d’un des colocataires pour garantir la sérénité dans cette colocation.

 

facebook-img twitter-img twitter-img twitter-img