cross mark
bien bien-white vieillir à ma manière

Découvrez des articles et des conseils sur mesure !

-

Répondez à 4 questions, et nous vous proposerons des contenus adaptés à vos besoins et vos attentes...

A- A+

Postez votre témoignage

Favoriser les relations intergénérationnelles, pourquoi ?

Pourquoi parle-t-on de relations intergénérationnelles, alors qu’il s’agit de fait de relations sociales ? Qu’apporte le terme « intergénérationnel » ?

L’intergénérationnel nous rappelle au bon fonctionnement du social. Il y aurait une « bonne » manière d’être en relation entre générations et le mythe des sociétés traditionnelles sert de modèle. Avec l’intergénérationnel, nous sommes à la recherche d’un équilibre entre générations : qualité de vie, place sociale, reconnaissance… C’est une dynamique du social hautement chargée en valeurs, une manière de dire collectivement de quelle la manière nous voulons faire société.

Que peut-on dire sur les richesses et les difficultés de l’intergénérationnel ?

La longévité exceptionnelle dans notre société est une véritable fabrique de générations. Jamais nous n’avons vécu aussi longtemps ensemble ; jamais autant de générations ont été en présence ! Ce brassage ouvre sur de nouvelles modalités des solidarités que ce soit dans la famille, la vie associative ou la société en général. Il permet de renouveler partiellement notre univers social. La révolte des jeunes n’a aucun sens si on ne la resitue pas dans une confrontation positive aux autres générations pour apporter leur quote-part à l’évolution de la société (architecture, musique, couple, écriture, arts…). Les générations innovent parce qu’elles se sentent contraintes ET protégées. L’intergénérationnel ouvre sur une société complexe mais vivante. 

Bien sûr, les difficultés ne manquent pas ! Plus de générations et nous voilà avec plus de différences à associer, plus de distances à combler. Mode vestimentaire, langage, rôles masculins et féminins, autant de confrontations possibles. Les valeurs des générations vont s’exprimer différemment dans des objets, des manières d’agir, de penser et de sentir, ce qui nous donne parfois le sentiment d’appartenir à des univers sociaux décalés. Alors, chaque génération tente d’entraîner l’espace social vers ce qui lui semble le plus désirable, le plus opportun, créant ainsi des oppositions.

Pourquoi c’est moins facile d’avoir des liens avec des âges différents du sien ?

Les barrières sont essentiellement sociales. Comment nous rencontrer alors que nous ne vivons pas dans les mêmes replis du temps ? Comment nous rencontrer alors que nous fabriquons sans cesse des cloisonnements : maisons des jeunes et clubs de 3e âge, cartes seniors et abonnements famille, élus jeunesse ou seniors… 

Enfin, l’ennemi sournois de l’intergénération ce sont les stéréotypes ! Nos représentations des générations sont très largement déformées par des préjugés puissants qui nous éloignent. Comment se rencontrer alors que l’on pense a priori que l’on n’a pas grand-chose à partager ? Soyons vigilants pour ne pas réduire des générations tout entières à quelques attitudes stéréotypées. 

Le sociologue Pierre Bourdieu affirmait que les générations portent des définitions différentes de l'impossible, du possible et du probable. Mais ne sommes-nous pas confrontés tous les jours, au sein de notre génération à des différences individuelles tout aussi remarquables ?

Jean-Jacques Amyot

Auteur de « A la recherche de liens entre les générations », EHESP, sept. 2016Directeur de l’Office aquitain de recherche, d’étude, d’information et de liaison sur les problèmes des personnes âgées (OAREIL)