cross mark
bien bien-white vieillir à ma manière

Découvrez des articles et des conseils sur mesure !

-

Répondez à 4 questions, et nous vous proposerons des contenus adaptés à vos besoins et vos attentes...

A- A+

Postez votre témoignage

La fragilité: un facteur qui contribue aux chutes

Notre fragilité peut être parfois à l’origine d’une perte d’équilibre et même d’une chute. Il est important d’en parler avec son médecin traitant pour en identifier les causes et prévoir un traitement.

Comment détecter la fragilité 

Il est important de repérer à temps les signes de fragilité en termes d’équilibre. Mais à quoi les reconnaît-on ? On peut par exemple ressentir une plus grande raideur des articulations, une baisse de sa force musculaire (qui, notamment, empêche de porter des objets lourds), une faible vitesse de marche, de fréquents essoufflements, des troubles sensoriels (vue, ouïe, toucher, odorat, goût)… Des maladies, telles que l’arthrose des membres inférieurs, l’ostéoporose, le diabète ou la dépression, peuvent également perturber l’équilibre.Il arrive aussi qu’on soit pris de vertiges qui peuvent avoir une multitude de causes : la tension, la déshydratation ou le fait d’avoir sauté un repas, des réactions à certains médicaments (somnifères, antidépresseurs)… Dans tous les cas, il est important d’être attentif à ces signes et d’en parler à son médecin traitant. Il évaluera la fragilité grâce à quelques tests faciles effectués dans son cabinet. En fonction des résultats, il préconisera un traitement et un suivi régulier.

Entretenir des liens sociaux pour ne pas s’isoler

Continuer à voir et recevoir chez soi amis, famille, voisins, échanger avec eux, partager des moments agréables : tout cela peut nous aider, sinon à surmonter notre fragilité, au moins à mieux la vivre grâce à une vie sociale enrichissante et épanouissante. Les jeunes de notre entourage par exemple, pourront nous initier aux nouvelles technologies, notamment à Internet qui peut réellement faciliter la vie. Ainsi, on peut s’informer, découvrir, apprendre, mais aussi commander ses courses et se les faire livrer (surtout ce qui est très lourd, packs d’eau, de lait…). Internet permettra aussi de garder le contact avec ses proches, par e-mail ou sur les réseaux sociaux. Certains plus isolés peuvent faire appel à des associations, telles que Voisin-Âge, qui proposent une mise en relation avec les habitants du quartier, ou dont les adhérents viendront rendre visite à domicile. Pour être facilement joignable, il est recommandé d’avoir un téléphone portable.

Autre solution, si le logement le permet, c’est la cohabitation intergénérationnelle. Des associations peuvent faire l’intermédiaire entre la personne âgée et le jeune. Le portail Toit+moi peut aider à trouver une association près de chez soi.

Les aides humaines et techniques à domicile

Il existe des services d’aide à domicile, réalisés par des aidants professionnels, pour le lavage et l’entretien du linge, les courses, la confection des repas à domicile ou le portage des repas ainsi que les démarches administratives simples. Ceux et celles qui le souhaitent peuvent s’adresser à leur caisse de retraite (https://www.lassuranceretraite.fr/portail-info/home/retraites/bien-vivre-sa-retraite/etre-aide-au-quotidien/pour-etre-aide-chez-moi.html) . La téléassistance, sous forme de bracelet ou de médaillon, peut être une aide précieuse si l’on est seul(e) au moment d’une chute et qu’on ne parvient pas à se relever. Si vous en ressentez le besoin, n’hésitez pas à vous équiper d’une canne ou d’un déambulateur. Il existe également des accessoires ergonomiques qui peuvent être très pratiques, tels que le surélévateur de la cuvette des toilettes ou la chaise-toilette qui vous évitera, la nuit, d’aller jusqu’aux WC et de risquer de chuter. 

LA BONNE IDÉE ? LA BONNE IDÉE ?

Se déplacer en toute sécurité à l’extérieur

Quand vous sortez, marchez à une allure tranquille pour pouvoir observer le revêtement du sol. Si vous devez faire quelques courses, préférez un sac à dos à un sac, observez les entrées de magasins et laissez-vous du temps pour vous adapter à la luminosité. Pour traverser les rues, n’empruntez que les passages réservés aux piétons. Et si vous prenez un bus, prenez votre temps pour monter et descendre, demandez au chauffeur d’attendre que vous soyez assis(e) avant de démarrer (faire attendre les autres n’est pas grave, ce qui compte, c’est que tout le monde arrive à bon port). 

LE SAVIEZ-VOUS ?

Le service « Sortir plus », mis en œuvre par l’Agirc-Arrco, vous propose, si vous avez 80 ans et plus, de vous accompagner, à pied ou en voiture, chez votre coiffeur, pour faire vos courses, pour aller au spectacle… Pour en savoir plus, télécharger la brochure.

La fragilité: un facteur qui contribue aux chutes : cela peut également vous intéresser

AVEC MON EQUILIBRE

Agir en cas de chute
En savoir plus

AVEC MA CAISSE DE RETRAITE

Connaître les aides individuelles
En savoir plus