L'habitat et la politique de la ville

A- A+

Donnez votre avis sur le site !

Utilisateur du site, votre avis compte. Répondez à un questionnaire en quelques minutes et aidez-nous à vous proposer un site au plus près de vos attentes.

var tag = new ATInternet.Tracker.Tag(); var visitorMode = tag.privacy.getVisitorMode(); if (typeof(visitorMode) !== "undefined") { if (readCookie("tarteaucitron").search("atinternetcnil=true") > "0") { tag.privacy.setVisitorMode('cnil', 'exempt'); // Visiteur défini en Exempt tag.privacy.extendIncludeBuffer('s2'); tag.page.send({ name:"L'habitat et la politique de la ville", level2:'Professionnels' }); tag.dispatch(); } } var tag = new ATInternet.Tracker.Tag(); tag.privacy.setVisitorOptout(); // Visiteur défini en Opt-Out tag.privacy.extendIncludeBuffer('s2'); tag.page.send({ name:"L'habitat et la politique de la ville", level2:'Professionnels' }); tag.dispatch();

L'habitat et la politique de la ville

Comme le soulignait le rapport sur ladaptation de la société au vieillissement, on sait à quel point le logement, par sa localisation autant que par ses caractéristiques, détermine la qualité de vie au grand âge. Il conditionne à la fois la capacité des personnes à se mouvoir de façon autonome et le maintien des relations sociales. Si le logement n’est plus adapté, il peut devenir un facteur aggravant de fragilité, un générateur d’exclusion et annoncer un type particulier de dépendance. Or, alors qu’une majorité de Français exprime le souhait de pouvoir vieillir chez eux, à leur domicile, on ne compte aujourd’hui que seulement 6 % de logements adaptés à l’avancée en âge sur l’ensemble du parc.

8 Français sur 10 préfèrent rester à domicile.

Adapter les logements soutient la mobilité, les relations sociales et l'autonomie des personnes âgées.

Les aides techniques et technologiques pour simplifier le quotidien

Rester chez soi est le souhait d’une majorité de Français. Pour les retraités, le domicile devient un lieu de vie essentiel qui doit favoriser bien-être, mobilité et ancrage dans leur environnement afin de consolider l’autonomie. Un logement adapté augmente sensiblement le degré d’autonomie et permet de vieillir chez soi. 

De nombreuses solutions comme les « aides techniques et technologiques » existent et peuvent être prises en charge en tout ou partie par les caisses de retraite. 

Le code de l’action sociale et des familles définit les aides techniques comme « tout instrument, équipement ou système technique adapté ou spécialement conçu pour compenser une limitation d'activité rencontrée par une personne du fait de son handicap, acquis ou loué par la personne handicapée [et/ou personne âgée] pour son usage personnel ». 

Les aides technologiques, elles, utilisent les technologies de l’information et de la communication pour favoriser l’autonomie des personnes.

Un large choix d’aides techniques et technologiques existe pour améliorer les lieux et les conditions de vie des seniors afin qu’ils soient encore plus confortables, conviviaux et sécurisants : 
-    aides liées à la mobilité : aides au soulèvement, vélos adaptés, etc.
-    aides auditives : téléphones adaptés, amplificateurs, audioprothèses, etc. 
-    assistances technologiques : lecteur de livre audio, applications, bracelet de géolocalisation,  service de téléassistance, etc.

Siège de baignoire pivotant qui permet d’éviter l’enjambement de la baignoire et ainsi de limiter le risque de chute des personnes âgées

Kit prévention : les offres d’aides techniques et technologiques proposées par l’Assurance retraite et la MSA

L’Assurance retraite et la MSA, grâce à leur kit prévention, accompagnent sous conditions les personnes âgées dans l’achat et la pose d’aides techniques. Dans le cadre du kit prévention, un professionnel mandaté par la caisse régionale évalue avec la personne ses besoins à son domicile pour lui recommander les services utiles à son bien-être. 

Le kit de prévention comprend notamment les équipements suivants : 
-    les tapis antidérapants ; 
-    les barres d’appui ; 
-    les mains courantes d’escaliers ;
-    les kits de balisage lumineux ; 
-    les rehausseurs de WC et d’assise ; 
-    les planches de transfert et les sièges de baignoire ; 
-    les tabourets et les sièges de douche ; 
-    ou autres adaptations qui seraient préconisées par un ergothérapeute. 

Ces aides techniques sont financées sous forme de forfaits variables, de 100 à 300 euros selon le type d’installation souhaité. 

En savoir plus sur les offres de l’Assurance retraite.

bien-chez-soi.lassuranceretraite.fr, le nouveau site d’information de l’Assurance retraite pour tous

L’Assurance retraite met à la disposition de ses évaluateurs un nouvel outil dédié aux aides techniques et technologiques pour les personnes âgées à domicile : bien-chez-soi.lassuranceretraite.fr.

Plus de 200 fiches descriptives, rédigées par des ergothérapeutes, sont proposées sur ce site internet. L’objectif du site est de guider les professionnels dans la préconisation des aides techniques et technologiques au retraité et leur permettre de dispenser des conseils d’installation.

Ce site doit aussi permettre aux personnes âgées et à leurs proches de connaître les différents dispositifs et autres équipements qui peuvent être mis en place facilement. 
Ce site internet va les guider dans leurs choix et ainsi contribuer à l’amélioration de leurs conditions de vie de la retraite.

Ce site s’inscrit dans la loi du 28 décembre 2015 relative à l'adaptation de la société au vieillissement (ASV) en répondant à l’un de ses objectifs : « […] rendre plus accessible l’accès aux aides techniques et technologiques afin d’améliorer la vie à domicile des seniors mais également de rassurer l’entourage aidant ».

La cohabitation intergénérationnelle solidaire

Destiné à répondre à deux problèmes sociétaux majeurs - la solitude des seniors qui aspirent de plus en plus à vieillir chez eux et les difficultés d’accès au logement des jeunes de moins de 30 ans - le dispositif de la cohabitation intergénérationnelle et solidaire existe en France depuis 2004. En échange d’une chambre dans son logement, un senior peut profiter de la présence bienveillante d’un jeune dans son quotidien.

La cohabitation intergénérationnelle solidaire est encadrée par l’article 117 de la loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018. Elle repose sur un contrat spécifique et suppose une « contrepartie financière modeste » réglée par le jeune (de moins de 30 ans) au senior (de plus de 60 ans). En plus de cette contrepartie, le jeune peut être amené à effectuer quelques « menus services » (promener le chien, fermer les volets...) sans lien de subordination, sans but lucratif pour aucune des parties et sans possibilité de requalification en contrat de travail. En aucun cas, le jeune ne doit se substituer aux aides à domicile, aux soignants ou aux obligations de la famille.

En 2020, l’Assurance retraite a lancé une étude sur ce dispositif dont le principe bénéficie d’une bonne image (84% des personnes interrogées par l’IFOP, en 2019, donnaient un avis favorable sur celui-ci) mais qui reste méconnu du grand public. Les résultats ont permis d’identifier les principaux leviers et freins au développement de cette solution d’habitat et ont mis en lumière la diversité des financements locaux. En complément, cinq recommandations - sur la structuration de l’offre, les concepts, les parcours, les liens entre les différents acteurs et les leviers économiques - sont formulées à la fin de l’étude.

Étude menée par l’Assurance retraite, en partenariat avec le réseau associatif Cohabilis - parue en 2020.

Consulter l’étude ici.

L’habitat collectif pour personnes âgées autonomes

Des habitats regroupés avec services se développent pour les personnes âgées autonomes depuis les années 1960, prenant au fil du temps diverses formes : résidences autonomie (ex-logements-foyers), résidences services, résidences en parc social… Elles rencontrent un écho favorable auprès des personnes âgées bénéficiaires mais souffrent d’un manque de visibilité et de reconnaissance. Cette offre de logement propose pourtant aux âgés une réponse pertinente à leurs besoins quand ils sont confrontés à l’apparition des premiers signes de fragilité : accessible, sécurisé, accompagné. En raison du faible taux d’équipement, aujourd’hui seulement 6 % des logements sont adaptés à l’avancée en âge  le rapport encourage la création de ces dispositifs, compte tenu des enjeux démographiques à venir.

Le groupe de travail formule ici des pistes d’évolution afin de mieux définir les missions des logements-foyers, leur fonctionnement, les prestations, leur gouvernance et leur rôle dans la prévention de la perte d’autonomie, le profil des populations accueillies (seuils de GMP et de GIR).

Il s’agit aussi d’analyser et de proposer un cadre législatif nouveau pour les résidences services pour âgés, plus protecteur pour leurs bénéficiaires et enfin d’offrir une reconnaissance de l’offre d’habitats regroupés.

Rapport remis en 2014 à Michèle Delaunay, ministre déléguée en charge des Personnes âgées et de l’Autonomie.

Consulter le rapport ici.

Adaptation des logements pour l’autonomie des personnes âgées

Le logement, à condition d’être aménagé, doit être au cœur de la stratégie de prévention de la perte d’autonomie. Car l’aspiration des Français qui avancent en âge est claire et sans ambiguïté : ils souhaitent, en très grande majorité, vieillir à domicile, même si leur état de santé venait à se dégrader.

L’Anah et la Cnav proposent trois voies d’amélioration ayant pour objectif de proposer des solutions opérationnelles à court et moyen termes. Les préconisations définissent les conditions pour :
- sensibiliser les ménages, les aidants et les professionnels à la réalisation de travaux d’adaptation,
- améliorer le parcours du demandeur de l’information jusqu’au financement et à la réalisation des travaux,
- favoriser l’égalité de traitement des personnes âgées pour l’adaptation de leur logement sur l’ensemble du territoire national.

Rapport remis en 2013 par la Cnav et l’Anah à Cécile Duflot, ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, et Michèle Delaunay, ministre déléguée aux Personnes âgées.

Consulter le rapport ici.

Un prix pour récompenser les HLM partenaires des personnes âgées

Tous les deux ans, un concours créé par le ministère des Affaires sociales, l’Union sociale pour l’habitat, la Caisse des dépôts, l’Assurance retraite et la MSA met en lumière les initiatives des organismes HLM en faveur des personnes âgées.

Le prix « HLM partenaires des âgés » récompense les bailleurs sociaux qui se sont distingués par des actions remarquables en matière d’adaptation des logements au vieillissement, de développement du lien social et de lutte contre l’isolement, ou par une stratégie globale de prise en compte du vieillissement pour anticiper et répondre aux besoins des locataires âgés

Présidé par Luc Broussy, président de France Silver Eco, le jury est composé de personnes qualifiées, désignées par les partenaires du concours. La remise des trophées de l’édition 2021 aura lieu à Bordeaux, le 29 septembre, lors du 81e congrès de l’Union sociale pour l’habitat.

Découvrez les lauréats et leurs initiatives exemplaires sur https://www.hlm-partenairesages.fr/

Adaptation de l’habitat au défi de l’évolution démographique : un chantier d’avenir

Ce rapport propose une série de mesures pour améliorer l’habitat des seniors. Au total, 32 propositions ont été faites pour que les personnes âgées conservent le plus longtemps possible leur indépendance.

Le rapport souligne que pouvoir progresser dans l’âge, bien vieillir en sécurité, n’est possible que si la fluidité entre les trois espaces de vie que constitue l’habitat (espace public, espace collectif ou partagé, espace privé) est organisée en même temps que la solidarité et la cohésion entre les réseaux et services de proximité.

Une approche transversale coordonnée, des politiques publiques, notamment entre sanitaire et social (qui nécessite agrément et contribution publique) et habitat (qui veille à l’adaptation des espaces de vie aux besoins générationnels) doit donc être affirmée.

Les propositions émises à l’attention des pouvoirs publics ont une perspective européenne. Sans incidence budgétaire, et hors champ de la dépendance, elles s’inscrivent dans différents domaines : cadres législatif et administratif, financement, formation, normes d’intervention, communication.

Rapport remis en 2009 par Muriel Boulmier, directrice générale du Groupe CILIOPÉE, à Benoist Apparu, secrétaire d’État chargé du Logement et de l’Urbanisme.

Consulter le rapport ici.

Vieillir chez soi, enjeux de santé dans l'adaptation des logements

Des recherches en Europe du Nord suggèrent que disposer d’un logement adapté présente des effets bénéfiques sur la santé. Or en Ile-de-France, seulement 17% des 75 ans ou plus vivent dans un logement aménagé et moins de 1 % dispose de nouvelles technologies facilitant le confort et la sécurité au quotidien (monte-escaliers, volets roulants électriques, chemins lumineux, objets connectés).

Cette étude, menée par l’ORS Ile-de-France, évalue dans un premier temps l’association entre logement adapté et santé en France. Elle relève dans un second temps des inégalités territoriales en Ile-de-France quant à la possibilité de vivre dans un habitat aménagé et de vieillir chez soi en bonne santé, être locataire étant un frein notable à l’aménagement intérieur.

Les résultats de l’étude mettent en lumière des territoires franciliens dans lesquels des efforts particuliers doivent être portés face à un vieillissement démographique annoncé. Une stratégie d’anticipation est préconisée pour permettre aux personnes âgées de tous horizons de vivre dans un logement adapté.

Étude coordonnée par Caroline Laborde et Caroline Grudizien de l’ORS Ile-de-France– parue en juillet 2016

Consulter l’étude ici.

Vieillissement et quartiers prioritaires de la politique de la ville – CGET

Dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), le vieillissement de la population constitue, en vingt ans, l’évolution démographique la plus marquante. Selon l’étude, les personnes âgées étrangères y sont surreprésentées et le nombre de ménages isolés, dont plus de la moitié sont des femmes seules, âgées de plus de 60 ans, a augmenté. À l’isolement s’ajoutant souvent une grande précarité. 
La plupart des contrats de ville 2015-2020 prennent en compte l’avancée en âge des habitants avec des priorités en faveur de la cohésion sociale, de la culture, de la santé voire de la rénovation urbaine. Toutefois, la politique de la ville tournée vers la jeunesse se doit de mieux prendre en compte le vieillissement de la population des quartiers prioritaires.

Rapport paru en 2017.
Consulter le rapport ici.

L’action des bourgs face au vieillissement – CGET

Ce rapport du Commissariat Général à l’Égalité des Territoires se focalise sur la prise en compte des enjeux du vieillissement dans 25 dossiers de candidature à l’appel à manifestation publique d’intérêt « Revitalisation des centres-bourgs ».
La première partie du rapport est consacrée à l’appréhension de l’avancée en âge dans les projets. Elle fait état des multiples définitions de « personnes âgées », de la nécessité de mieux déterminer leurs besoins et le fait que les opportunités du vieillissement sont peu évoquées. 
L’analyse met ensuite en lumière des actions en faveur du vieillissement autour des piliers que sont  l’habitat, les services et la santé, l’accessibilité physique et numérique et la mixité générationnelle. 
Enfin l’analyse évoque le programme expérimental de revitalisation des centres-bourgs.

Analyse parue en 2017
Consulter l’analyse ici.

Cela peut également vous intéresser

window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'DC-10976939'); gtag('event', 'conversion', { 'allow_custom_scripts': true, 'send_to': 'DC-10976939/invmedia/pourb0+standard' });