cross mark
bien bien-white vieillir à ma manière

Découvrez des articles et des conseils sur mesure !

-

Répondez à 4 questions, et nous vous proposerons des contenus adaptés à vos besoins et vos attentes...

A- A+

Postez votre témoignage
var tag = new ATInternet.Tracker.Tag(); var visitorMode = tag.privacy.getVisitorMode(); if (typeof(visitorMode) !== "undefined") { if (readCookie("tarteaucitron").search("atinternetcnil=true") > "0") { tag.privacy.setVisitorMode('cnil', 'exempt'); // Visiteur défini en Exempt tag.privacy.extendIncludeBuffer('s2'); tag.page.send({ name:"S’épanouir à travers une vie sociale", level2:'Grand public' }); tag.dispatch(); } } var tag = new ATInternet.Tracker.Tag(); tag.privacy.setVisitorOptout(); // Visiteur défini en Opt-Out tag.privacy.extendIncludeBuffer('s2'); tag.page.send({ name:"S’épanouir à travers une vie sociale", level2:'Grand public' }); tag.dispatch();

S’épanouir à travers une vie sociale

La vie en société permet de se réaliser au contact des autres et de trouver sa place. C’est d’autant plus important au moment de la retraite et nécessaire après les restrictions imposées dans le cadre de la pandémie de Covid-19. Tous ces liens que nous allons tisser, ces activités dans lesquelles nous allons nous investir seront la clé de voûte de notre identité sociale.

Sommaire

    Un nouveau rôle dans la société

    À la retraite, c’est une nouvelle vie qui commence, une vie où l’on n’a plus les mêmes repères socio-professionnels, les mêmes codes sociaux, la même appréciation du temps… C’est à ce moment-là que la vie sociale prend tout son sens. Et pour cela il  est important de ne pas s’isoler mais au contraire d’aborder cette nouvelle phase dans un d’esprit positif d’ouvertureAlors, multiplions les opportunités de rencontres et d’échanges : pour faciliter le contact avec les autres, sachons nous rendre disponible, susciter des occasions de sortir ou de recevoir chez soi, renouer avec d’anciens collègues ou relations, aller au-devant des gens que l’on côtoie, jeunes ou moins jeunes. Il s’agit aussi, pour la plupart d’entre nous, de se reconstruire un rôle et une nouvelle identité socialeEt un des moteurs les plus puissants de cette réhabilitation, c’est d’avoir une vie productive et de se rendre utile aux autres.

    Vie sociale rime avec vie de commune et vie associative

    L’expérience, l’âge, le temps dont vous disposez désormais, vont vous permettre d’envisager cette relation aux autres sous un autre angle : et cela commence tout près de chez vous. Vous pouvez aller à la rencontre des autres dans les Conseils de quartier et même dans votre propre immeuble, avec la création d’une amicale des locataires ou l’organisation de la désormais célèbre Fête des voisins. Votre commune peut aussi vous fournir de belles opportunités : donner un coup de main à la bibliothèque, mettre en place un jardin partagé, devenir médiateur de voisinage, s’engager à la mairie sur un projet en lien avec son passé professionnel, s’investir au sein du comité des fêtes pour accueillir le public lors de manifestations ou fêtes communales… Les possibilités sont nombreuses.
    Vous pouvez devenir bénévole dans une association ou vous engager dans une cause humanitaire. Quel que soit votre engagement, cette expérience sera l’occasion de vous enrichir et de vous épanouir dans une vie sociale tournée vers les autres.

    S’entraider et pérenniser les liens sociaux

    Rien de tel que l’entraide pour créer des liens. Le fils de votre voisine souhaite travailler dans un domaine où vous avez exercé pendant de longues années ? Pourquoi ne pas lui transmettre votre savoir-faire, le former et le faire bénéficier de votre ancien réseau professionnel. Deux ou trois enfants du quartier ont besoin d’aide pour leurs devoirs et vous décidez de leur consacrer quelques heures dans la semaine. Vous pouvez aussi initier des échanges de savoir-faire : du jardinage contre la rédaction de courriers administratifs, des travaux de décoration contre une initiation à l’informatique… Ces liens, appelés à devenir durables, tissent de vraies relations avec les autres et aident à mieux vivre. Plusieurs études arrivent à cette même conclusion : les personnes qui aident les autres sont en meilleure santé et vivent davantage en harmonie avec elles-mêmes, elles parviennent à surmonter plus facilement les moments de crise.

    Contribuez à lutter contre l’isolement des personnes âgées

    Vous pouvez, en tant que citoyen, que voisin, aider une personne en situation d’isolement.

    Soyez attentif aux éventuels signes d’alerte : un logement négligé, des volets fermés en journée, une boîte aux lettres pleine ; un visage triste, une tenue négligée ou inadaptée à la saison ; un besoin d’échanger ou, au contraire, un repli sur soi ; un sentiment d’insécurité, une méfiance ; des problèmes d’addiction, un manque d’appétit, de sommeil, une perte de poids ; un désintérêt pour des activités auparavant appréciées ; un renoncement aux soins…

    Essayez de créer un lien avec la personne en trouvant un prétexte pour entrer en relation avec elle. Conversez sur des généralités, n’abordez pas de front la question de l’isolement. Portez un intérêt à ses contacts sociaux (famille, amis, etc.), à son autonomie, son sentiment de solitude. Acceptez son éventuel refus, sans insister, et tentez de renouer le contact ultérieurement.

    Une fois le contact établi, vous pouvez proposer à la personne de lui rendre service ou lui demander vous-même un service afin d’éviter de la mettre systématiquement dans la position de celle qui a besoin d’aide. Vous pouvez aussi l’inviter à un temps de convivialité.
    Dites-lui que des solutions d’accompagnement existent et, si elle se montre intéressée, orientez-la vers les services dédiés aux personnes âgées : le centre d’action sociale de sa commune, le service social de son département, les points d’information locaux dédiés aux personnes âgées.

    Pour en savoir plus sur l’attitude à tenir face à l’isolement social des aînés, consultez le guide Des repères pour agir réalisé par le ministère chargé de l’Autonomie. Vous y trouverez des conseils pour agir au quotidien, les signes d’alerte à retenir, les numéros d’urgence et des solutions simples pour aider une personne à sortir de cet isolement.

    Le saviez-vous ? Le saviez-vous ?

    Si vous vous sentez seul, que vous ressentez l’envie de parler à quelqu’un ou que vous connaissez une personne en situation d’isolement, n’hésitez pas à appeler Solitud’écoute au 0 800 47 47 88.

    Proposée par les Petits Frères des pauvres, Solitud’écoute est une ligne d’écoute et de soutien téléphonique destinée aux personnes de plus de 50 ans qui souffrent de solitude, d’isolement ou de mal-être. Ce numéro gratuit est ouvert tous les jours, y compris les week-ends et les jours fériés, de 15h à 20h. L’appel est anonyme et confidentiel.

    Cliquez ici pour plus d’infos sur Solitud’écoute

    window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'DC-10976939'); gtag('event', 'conversion', { 'allow_custom_scripts': true, 'send_to': 'DC-10976939/invmedia/pourb0+standard' }); window._adftrack = Array.isArray(window._adftrack) ? window._adftrack : (window._adftrack ? [window._adftrack] : []); window._adftrack.push({ HttpHost: 'track.adform.net', pm: 1840733 }); (function () { var s = document.createElement('script'); s.type = 'text/javascript'; s.async = true; s.src = 'https://s2.adform.net/banners/scripts/st/trackpoint-async.js'; var x = document.getElementsByTagName('script')[0]; x.parentNode.insertBefore(s, x); })();