Une chute peut perturber notre vie quotidienne, il est donc conseillé de travailler sa souplesse pour pouvoir, le cas échéant, se relever facilement. Médecin traitant, kinésithérapeute, famille et amis nous aideront alors à trouver les meilleures solutions pour conserver notre mobilité.

Savoir faire face à l’éventualité d’une chute  

Plus on arrive à se relever d’une chute, moins ses conséquences seront importantes. Pour y parvenir, il est recommandé de faire quelques exercices pour apprendre à se relever. Par exemple, à l’aide d’une chaise, vous pouvez vous agenouiller au sol, puis vous remettre debout. Ce geste vous permet d’acquérir une souplesse qui, le moment venu, vous sera bien utile pour vous relever sans difficulté. Jouer avec ses petits-enfants est tout aussi bénéfique : outre le plaisir d’être avec eux, cela constitue un excellent exercice, par exemple lorsqu’on se baisse pour ramasser un jouet ou pour leur donner la main. Il existe aussi des exercices pour apprendre à se remettre debout après être tombé. Apprenez, en compagnie d’un proche, les gestes pour vous relever et pour vous agenouiller au sol.

Reprendre confiance en soi après une chute

Plus on se remet vite et bien d’une chute, moins on a de chances de tomber à nouveau. Même si vos blessures sont sans gravité, n’hésitez pas à consulter un médecin, surtout si vous avez perdu connaissance avant ou après être tombé, si vous avez des hématomes, une nausée, des maux de tête, que vous êtes très fatigué(e) et que vous êtes dans un état de somnolence. Il identifiera les causes de votre chute et analysera vos ordonnances pour y déceler d’éventuelles incompatibilités médicamenteuses. Si nécessaire, il vous prescrira des séances de kinésithérapie. Souvent, après une chute, on se met à douter de soi, à appréhender certains gestes, à avoir peur de sortir à nouveau… En parler avec ses proches ou à des professionnels comme un psychologue peut aider à reprendre confiance en soi, à réduire ses peurs et à mener de nouveau la même vie qu’avant.

Retrouver toute sa mobilité avec l’aide de son entourage

Dans un second temps, pour avoir moins peur de tomber, retrouver sa mobilité et préserver son autonomie, il est important de reprendre ses activités habituelles, surtout de ne pas limiter sa marche. En parler avec ses proches est également bénéfique et permet, d’une part, de dédramatiser la situation, d’autre part, d’engager ensemble une réflexion sur les solutions à trouver et les précautions à prendre pour sécuriser sa mobilité et réduire les risques de retomber. Mais il arrive parfois que le simple fait d’être seul suffise à nous faire craindre de tomber. Dans ce cas, maintenir le contact avec ses voisins peut être rassurant : on peut, par exemple, leur demander leur numéro de téléphone pour les prévenir en cas de problème et, au besoin, leur confier les clés de son logement pour en faciliter l’accès. Autre solution rassurante : la téléassistance, en bracelet ou en médaillon, vous permet, en cas de problème, d’appeler du secours 24 heures sur 24. Différents modèles existent, faites-vous conseiller par votre Clic (Centre local d’information et de coordination) qui peut vous mettre en contact avec une société prestataire.

LA BONNE IDÉE ? LA BONNE IDÉE ?

Les ateliers de prévention « Équilibre en mouvement »

De tels ateliers existent dans toute la France et sont généralement mis en œuvre par les caisses de retraite et leurs partenaires. Animés par des professionnels qualifiés, ces rencontres (entre 10 et 15 séances, d’une heure à une heure et demie chacune) proposent à des groupes de 15 personnes des exercices pour améliorer l’équilibre, travailler la coordination et adopter les bons gestes au quotidien. Chaque participant progresse à son rythme et bénéficie d’un accompagnement individualisé et de parcours adaptés. Ces ateliers sont des moments d’échange où chacun partage son expérience avec les autres. Trouvez un atelier près de chez vous en suivant le lien.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Si vous chutez sans parvenir à vous relever, essayez d’appeler les secours (d’où l’importance d’avoir toujours dans sa poche un téléphone sans fil, avec des numéros d’urgence enregistrés). En attendant qu’on vienne vous secourir, si vous le pouvez, couvrez-vous pour ne pas avoir froid et mettez-vous un oreiller sous la tête. Il est aussi conseillé de remuer bras et jambes, et de changer de position pour éviter de perdre connaissance.