cross mark
bien bien-white vieillir à ma manière

Découvrez des articles et des conseils sur mesure !

-

Répondez à 4 questions, et nous vous proposerons des contenus adaptés à vos besoins et vos attentes...

A- A+

Postez votre témoignage

Entraînement physique et mémoire

L’entraînement physique a-t-il un impact positif sur la mémoire ?

Les personnes âgées entraînées physiquement présentent de meilleures performances aux tests de mémoire (c’est-à-dire notre capacité à nous concentrer, à acquérir des connaissances, à se remémorer, à raisonner…) que celles qui ne le sont pas. En effet, l’imagerie fonctionnelle permet de constater que davantage de zones du cerveau, notamment l’hippocampe, s’activent de manière plus intense chez les premières que chez les secondes. Et il est important de souligner que l’hippocampe – qui est la partie du cerveau où les neurones se multiplient encore en dépit de l’âge – joue un rôle central dans la mémoire.

Et sur l’ensemble des fonctions cognitives ?

Au-delà de la mémoire, les fonctions cognitives regroupent le langage, les capacités de représentation de soi dans l’espace, le calcul (fonctions instrumentales) ainsi que la résolution de problèmes, la planification, l’anticipation, la prise de décision (fonctions exécutives). Elles sont également positivement impactées par la pratique d’activité physique. Car il a été constaté que l’entraînement provoque une augmentation du nombre de synapses (ce sont les régions de contact de deux neurones) et de leur durée de vie, même dans les zones où les neurones ne se multiplient plus. Cette activation observée en imagerie – quand les fonctions cognitives sont à l’œuvre – est en corrélation avec les capacités physiques de la personne âgée. Et cela se vérifie au-delà de 80 à 85 ans.

Quels sont les autres bienfaits de l’activité physique ?

Les personnes âgées qui pratiquent une activité physique voient une amélioration significative de leur qualité de vie psychique et sociale, de leur santé ainsi que de leurs capacités physiques. Deux séances hebdomadaires de 15 minutes d’exercices de coordination diminuent de 30 % le risque de chutes. Par ailleurs, une personne âgée qui a une activité physique réduit son risque de dépendance et le retarde d’une dizaine d’années.

Professeur Martine Duclos
Conseillère scientifique auprès du ministère chargé des sports

facebook-img twitter-img twitter-img twitter-img